Subaru Forester 2014: Plusieurs forces, quelques faiblesses

Subaru fait des bons véhicules. On le sait. Traction intégrale de série, généralement fiables, beaux designs… Bref, leur réputation est solide.

Moi-même amatrice (et propriétaire) de Subaru, je ne peux m’empêcher d’être un peu déçue des nouveaux modèles. Attention, je trouve encore que ce sont d’excellents véhicules. Cependant, la marque devient de plus en plus générique.

On ne fait pas trop de vagues dans le but de plaire à tout le monde. Dans ma tête, ce n’est pas ça l’ADN d’une Subaru. Il faut croire que les temps ont changé.

Ce « nouveau » Forester ressemble étrangement à l’ancien. D’accord, pas besoin de révolutionner le monde à chaque nouvelle génération. Mais, à mon sens, on aurait pu en faire un peu plus.

En d’autres mots, mon plus gros problème c’est que visuellement je ne saisi pas ce qui est si nouveau avec ce modèle, outre le fait que cette 4e génération présente des dimensions un peu majorées.

Vendu à partir de 25 995$, c’est à la déclinaison 2.5 i Limited avec ensemble Technologie (prix de base de 35 695$) que j’ai eu droit pour mon essai.

Beaucoup d’équipement, mais peu de modernité si l’on compare aux modèles concurrents.

Le segment est bien ferré ! Hyundai Tucson, Nissan Rogue, Toyota RAV4, Honda CR-V. Des VUS compact bien établis sur le marché. Autant le Forester possède de bons atouts en sa traction intégrale et son espace facilement accessible, autant l’habitacle vient assombrir le portrait.

 

Expérience de conduite

La conduite à proprement parler est efficace et agréable.

La conduite en 2014, ça se traduit aussi par l’intégration des technologies. Et c’est là que Subaru traîne derrière.

Le système Bluetooth est désuet. En plus de pouvoir connecter qu’un seul téléphone, il faut refaire le processus de connexion chaque fois qu’on utilise la voiture. Sinon, la reconnaissance n’a pas lieu. Irritant, mais il faut relativiser, il y a pire.

Ce qui compte le plus, c’est la sécurité, l’espace, la visibilité. Sur tous ces plans, Subaru m’a épatée.

J’admets que la génération précédente du Forester offrait une visibilité inégalée. Maintenant, à cause du nouveau design, le ¾ arrière est un peu affecté.

L’espace est merveilleux dans un Forester. Le plancher assez bas facilite le chargement. Le rangement est abondant. Bref, son utilisation quotidienne est vraiment agréable.

Le moteur 4 cylindres de 2,5 litres à aspiration naturelle qui développe 170 chevaux et 174 livres-pied de couple s’exprime bien. Il est agencé à une transmission CVT à variation continue avec palettes de changement de vitesses.

Les CVT se sont beaucoup améliorées ces dernières années. On pouvait jadis leur reprocher d’être bruyantes et rugueuses. Celle-ci se comporte très bien. On croirait presque c’est une automatique, mais avec l’avantage d’une frugalité accrue.

Il est bon de savoir que la transmission manuelle à six rapports est aussi disponible sur les déclinaisons 2.5i (de base) et 2.5i Tourisme.

Le moteur 2.0 litres turbo, quant à lui, est offert sur les modèles 2.0XT qui se vendent à partir de 33 495$.

Évidemment, le moteur turbo sera encore plus gourmand. Avec le moteur de 2.5 litres, j’ai obtenu une consommation de 11 L/100 kilomètres…. C’est beaucoup !

Le volant, pour sa part, est bien chargé mais relativement facile à utiliser.

 

Équipement

L’ensemble Technologie permet d’avoir accès à la clé intelligente, aux phares avant à haute intensité ajustables en plus du système EyeSight.

Ce regroupement d’aides à la conduite inclut le régulateur de vitesse adaptatif, le freinage précollision, la gestion d’accélération précollision en plus d’alertes de louvoiement et de déviation de trajectoire.

Personnellement, certains de ces systèmes me semblent envahissants. On peut les désactiver. Cependant, il faudra répéter le processus à chaque fois qu’on redémarre le véhicule, car notre choix n’est pas mémorisé.

En ce qui concerne la version Limited, elle donne droit à un meilleur radio, un système multimédia avec GPS, une assise en cuir, aux jantes 18 pouces ainsi qu’aux rétroviseurs extérieurs à atténuation automatique avec éclairage d’approche.

Même le modèle de base est selon moi bien équipé. On peut certainement bien vivre sans un radio avec écran multifonction ou de climatiseur automatique à deux zones…

Les sièges chauffants et les commandes au volant sont livrés d’office.

 

Le Subaru Forester 2014 est un véhicule utilitaire sport à considérer. Peu de bolides de cette gamme vous donneront autant de polyvalence. Espérons que les dirigeants de la marque japonaise amélioreront leur système Bluetooth, et ce sera déjà un bon dossier de réglé!

 

 
 


'Subaru Forester 2014: Plusieurs forces, quelques faiblesses' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

© Marie-Laurence Paquin 2015. Tous droits réservés.